Matériel

Test de la Kalenji run light 250

Avec l’arrivé de l’hiver et des jours plus cours, on n’a pas d’autre moyen que d’adopter une lampe de running. Je me suis toute suite tournée vers une lampe qu’on porte sur le torse pour la simple et bonne raison que je ne supporte pas grand-chose sur ma tête (le bonnet c’est déjà limite-limite).

Je suis donc partie dans mon magasin de sport préféré afin de trouver la lumière qui éclairera mon chemin. Et c’est comme ça que je suis reparti avec la Kalenji run light 250 sous le bras.

J’ai enfin eu l’occasion de la tester en condition réelle et je voulais partager mon expérience avec vous.

Caractéristiques techniques :

Prix : 39.99 €

Puissance :
2 modes manuels 125 et 250 lumens + 1 mode éco automatique de 70 lumens

Durée de la batterie :
2h30 à 250lm et 5h à 125lm

Poids : 162 g

Mode de chargement : USB

big_bfa281cc-6ee8-4f6c-b9f2-22b90b8cf73d

Test en condition réelle :

Pour ce test on s’est rendu sur un chemin totalement sombre sans aucun éclairage (je dirais même un peu flippant, on s’est mouillé pour toi cher lecteur).

24818902_10215315268460072_1417341787_o

Tout d’abord la lampe s’enfile rapidement et les réglages permettent de l’adapter facilement à sa morphologie. A l’allumage, les LED rouges à l’arrière indiquent le niveau de batterie restante. Après quelques foulée on l’oubli facilement tant elle est légère. Elle ne rebondi pas et reste bien en place ce qui est un vrais plus, car maintenant on est un peu suréquipé entre le cardio, la montre, les écouteurs pour certains, ou encore le baudrier pour moi etc..

Elle éclaire sur une bonne vingtaine de mètre. Par contre gare à celui qui vous croise ! Il risque de voir des étoiles. Heureusement la lampe est inclinable pour épargner les yeux des autres coureurs (à condition de ne pas oublier de la baisser !). Cette fonction est aussi bien pratique en fonction de où l’on veux éclairer. Bien devant pour voir au loin, ou juste à nos pieds pour voir où on pose nos petits petons.

Alors est ce que je suis convaincu où pas ? La réponse est oui, la Kalenji Run light 250 légère et offre un éclairage optimal pour la course à pied. Petit bémol sur le prix de 40 €. On trouve une autre lampe chez kalenji à 20€ mais qui a un gros, gros point noir : elle fonctionne à pile !

2 réflexions au sujet de “Test de la Kalenji run light 250”

  1. Je me demandais si cette lampe de torse Kalenji était inclinable, j’ai la réponse dans ce billet. Merci !
    Je cours (trail) à la frontale et je modifie souvent l’inclinaison suivant le terrain. Lorsque c’est roulant, j’éclaire assez loin, si c’est plus technique/accidenté/dangereux, alors j’ai besoin d’un faisceau bien plus proche, genre à 2 m maxi devant mes pieds.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s