Matériel

Les indispensables Trail de Alexandre (Osez courir)

Bonjour à tous et à toutes, tout d’abord, je tiens à remercier Audrey de me permettre d’apparaître sur le blog « Le Loup, Le renard et la belette », un blog que j’aime particulièrement beaucoup, et un petit coucou au passage à Mambo, la deuxième star de ce blog, et à Fabien un vrai exemple de motivation.

audrey

Je me présente, je m’appelle Alexandre, j’ai 24 ans et je suis un ex-Grenoblois aujourd’hui expatrié à Montpellier. Depuis cet été et en particulier depuis le trail de l’étendard, je me suis découvert une nouvelle passion, une alternative à la course sur route : le trail.

Courir à l’aube en admirant des paysages magnifiques, une faune et flore magnifiques, se sentir réellement vivant à plus de 2 000 mètres d’altitude, un vrai plaisir. D’ailleurs, en vous parlant, j’ai déjà des étoiles dans les yeux et mes jambes ne demandent qu’à partir courir sur la première montagne que je croiserais.

Mais comme tout sport, il y a des risques, surtout à partir d’une certaine altitude et en fonction du terrain qui n’est pas toujours adapté. C’est pour cela qu’il est, selon moi, indispensable de partir avec un minimum d’équipement en montagne pour courir le moins de risque possible.

Je te propose donc, cher lecteur du blog d’Audrey, de découvrir avec moi quels sont mes indispensables accessoires pour une sortie qui rime avec plaisir !

audrey 2

1) Le smartphone + application

Avoue que tu ne t’attendais pas à ce que je commence par ce point-là et pourtant, c’est la base.

Un smartphone, surtout lorsque tu es seul, afin de pouvoir être en mesure d’informer de ta position, et en cas de pépin, de pouvoir communiquer avec tes proches. A moins bien sûr que ton rêve soit de terminer comme le héros de 127 heures…

Pour ma part, je préviens toujours mes proches dès que je commence à gravir un sommet, puis je fais des petits checkpoints à chaque point important afin de leur dire dans quelle direction je pars (sommet, bifurcation, changement de plan, etc.).

Petit bonus : aujourd’hui, il existe des dizaines d’applications qui proposent à tes proches de pouvoir suivre tes déplacements en direct, et par la même occasion, de les tenir informés de ton évolution. L’application Runtastic par exemple, un article vous attend d’ailleurs sur mon site pour le test de cette application. De plus, elle vous permettra de faire un bilan chiffré de vos performances du jour, c’est tout bénef !

2) Une bonne paire de chaussures

Combien de coureurs je peux croiser avec, aux pieds, une paire de chaussures destinées initialement à la route ! Une grosse erreur qui peut conduire directement à une belle blessure, voire pire.

Une bonne paire de running adaptée aux trails est indispensable. J’avoue avoir un petit faible pour la marque Asics mais aujourd’hui, avec le phénomène que devient le trail, toutes les grandes marques lancent leur propre gamme.

3) Un bon coupe-vent

Voici une belle erreur que je faisais lorsque j’ai commencé à courir en montagne, partir à l’assaut d’un sommet seulement équipé d’un short et d’un t-shirt, prétextant qu’il fait de toutes façons plus chaud au sommet.

Puis un jour, plein d’arrogance, je suis parti avec un bon 20 degrés au pied de la montagne. Mais une fois le sommet atteint, le ciel s’était couvert et un vent glacial me pétrifiait sur place, le ressenti était proche des 5 degrés !

Résultat, une bonne semaine au lit avec 39° de fièvre et des moqueries de ma compagne, qui m’avait pourtant bien prévenue. En montagne, le temps est traître et change à une vitesse impressionnante !

Depuis, je ne pars plus sans mon coupe-vent qui m’a déjà sauvé de l’état de glacon des dizaines de fois, et un survêtement bien chaud à mettre par-dessus mon short en cas de grand froid (n’étant pas très riche, tout cet équipement vient directement de chez Décathlon mais fait parfaitement l’affaire).

J’avoue que je fais même mon petit frileux par moment en ajoutant à cela ma petite paire de gants et un bonnet, histoire de ressembler officiellement à un vrai montagnard !

4) De quoi s’hydrater et se nourrir

Un point souvent mis de côté par les trailers débutants mais en montagne, par 30 degrés, il fait énormément chaud. Les ruisseaux et lacs peuvent malheureusement être à sec en plein été ou squattés par une bande de moutons délinquants qui confondent lac et WC.

C’est pour cette raison que j’emporte toujours avec moi mon camelbak kalenji  avec sa poche d’eau de 5 litres intégrée et une gourde de 1 litre, histoire d’avoir de quoi bien boire pendant le trajet.

Si tu penses que c’est fini, loin de là ! J’ai également une petite bouteille de 75 cl de sirop pour l’apport en sucre, ainsi que quelques barres de céréales pour les petits creux. Voire dans certains moments de folie un pain au chocolat comme récompense au sommet ! (J’ai testé également la brioche maison, un régal même si sur les descentes, j’ai souffert ; mais ça valait le coup)

5) Tes yeux

Oui oui, tu as bien lu. Pour terminer, la chose la plus importante est d’ouvrir grand tes yeux car tu vas en prendre plein la vue et te forger des souvenirs incroyables ! Le trail est une discipline qui va te permettre de t’évader de ton train-train quotidien et de redécouvrir la nature.

Que ce soit de tomber nez à nez avec une famille de chamoix, d’avoir une vue panoramique à 360 degrés sur toute la vallée ou encore d’observer la fuite des vautours suite à l’apparition d’un aigle royal, tu ne vas pas en revenir !

Moi qui suis un coureur sur route en temps normal, j’adore ainsi sortir un peu de ma zone de confort et prendre pleinement conscience de la chance que j’ai d’être en vie.

Merci encore à Audrey de m’avoir permis de m’exprimer sur son site, je la félicite pour son boulot également car tenir un blog, ce n’est pas une tâche facile, bien au contraire. Bravo à son homme, qui est une véritable source d’inspiration pour moi, que ce soit par son chrono ou par son combat quotidien.

Sans titre 4

J’espère que cet article vous aura plu. Je vous attends avec impatience sur www.osezcourir.fr si vous souhaitez en découvrir un peu plus. Et pour ma part, je m’en vais chanter à tue-tête lors de mon entraînement :

« J’entends le loup, le renard et la belette, j’entends … 😉 ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s